Partager cette page sur les différents sites communautaires

Exercer dans les Yvelines : juin 2014

Les professionnels de santé à la rencontre des collectivités territoriales

Plus de 70 personnes se sont réunies mardi 17 juin 2014 à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, à l'invitation des Unions régionales des professionnels de santé, de la délégation territoriale de l'Agence régionale de santé dans les Yvelines, du Conseil général et de l'Union des maires des Yvelines.

Cette première édition de la Journée Découverte "Professionnels de santé : exercer dans les Yvelines" a permis des rencontres fructueuses entre professionnels de santé et collectivités locales.

Toutes les présentations des intervenants sont disponibles ci-contre (colonne de droite).

Projets de santé proposés par les villes des Yvelines

Une quinzaine de villes des Yvelines ont communiqué aux professionnels de santé leurs projets en matière de santé à l'occasion de cette journée d'information et de rencontres.

Consulter ces projets :

Carte et projets de santé dans les Yvelines

Réussir son installation

Trois jeunes professionnels de santé récemment installées dans les Yvelines sont venues partager leur expérience et délivrer quelques conseils à leurs futurs confrères.

Pénélope Ader, médecin généraliste
Pénélope Ader, médecin généraliste

Pénélope Ader est un médecin généraliste de 37 ans, installée depuis 18 mois à Maisons-Laffitte.

Elle a fait le choix du libéral pour la liberté que ce mode d'exercice confère : elle apprécie de pouvoir décider de ses horaires, de ses vacances et d'avoir une relation privilégiée avec ses patients.

C'est une opportunité d'installation dans un cabinet de groupe de 4 médecins qui l'a guidée vers Maisons-Laffitte, qu'elle a choisie car c'est une ville agréable et qui plus est proche de son domicile. Elle est aujourd'hui le plus jeune médecin de la ville.

Mère de 2 enfants, le Dr Ader trouve difficile de concilier vie privée et vie professionnelle et affirme qu'il est très important de savoir dire non. Ainsi, pour être sûre de pouvoir aller chercher ses enfants à l'école au moins une fois dans la semaine, elle a pris la décision de ne pas travailler le jeudi après-midi.

Pour autant, l'exercice libéral lui convient parfaitement et elle ne se verrait pas exercer autrement.

Le Dr Ader, qui a succédé à un médecin parti à la retraite, a rempli très rapidement son agenda de consultations. Elle reçoit rarement plus de 25 patients par jour, avec qui elle entretient de bonnes relations.

Par ailleurs, concernant ses revenus, le Dr Ader estime gagner sa vie correctement.

Parmi les avantages de l'exercice en groupe figure la possibilité de s'organiser avec ses confrères lors de leurs vacances respectives. Toutefois les charges relatives au cabinet sont importantes (chaque associé paie 1750€ par mois) et ils cherchent donc à les réduire. Ainsi, s'ils emploient une secrétaire le matin, l'après-midi chaque médecin se charge de sa ligne téléphonique, ce qui permet de réduire les charges.

Ses conseils pour l'installation :

  • Il ne faut pas avoir peur de s'installer, de créer sa propre activité. Un médecin généraliste qui s'installe aujourd'hui a très rapidement du travail.
  • Anticiper les charges financières : environ la moitié du chiffre d'affaires servira à payer les charges
  • Prévoir le temps à consacrer aux tâches administratives, en plus du temps médical
Aurélia Decoopman, masseur-kinésithérapeute
Aurélia Decoopman, masseur-kinésithérapeute

Aurélia Decoopman, 35 ans, est masseur-kinésithérapeute, diplômée depuis 2001. Suite à un déménagement, son précédent lieu de travail était trop éloigné de son domicile. En septembre 2010, elle a donc rejoint son mari, masseur-kinésithérapeute installé à Ponchartrain.

Celui-ci avait pris la succession d'un confrère parti à la retraite, sans pour autant racheter sa patientèle.

Son agenda de consultations était rempli au bout de deux mois, mais pour elle cela a été beaucoup plus rapide : en 3 semaines son planning était plein.

Ils ont constitué une SCI pour investir dans les locaux, qu'ils ont achetés en crédit bail.
Une période de 5 à 6 mois s'est écoulée entre le début des travaux et l'installation effective de son mari, en comptant 2 à 3 mois pour les démarches administratives.

Aurélia Decoopman travaille 4 jours par semaine (elle ne travaille pas le mercredi) soit environ 35h hebdomadaires au cabinet.

Parents de 3 enfants, son mari et elle s'organisent pour pouvoir les récupérer à l'école à tour de rôle : elle travaille de 9h à 20h deux jours par semaine et de 9h à 16h les autres jours. Pouvoir choisir ses horaires de travail est d'ailleurs pour elle un des avantages majeurs de l'exercice libéral. Le plus difficile en revanche est de "savoir dire non" et de fixer des limites avec ses patients.

Aurélia Decoopman, qui a vécu deux grossesses en étant salariée et une en étant libérale reconnaît que la situation est plus simple à gérer en tant que salariée. Toutefois, même en libéral elle a pu trouver facilement une remplaçante.

Son mari et elle ont aujourd'hui le projet de changer de cabinet afin de se conformer aux normes accessibilité.
Ils souhaitent par ailleurs intégrer à leur cabinet 2 nouveaux masseurs-kinésithérapeutes... Avis aux amateurs! (contact)

Ses conseils pour l'installation :

  • S'installer avec d'autres masseurs-kinésithérapeutes pour pouvoir confier ses patients aux confrères en cas d'absence
  • Prévoir l'achat de matériel professionnel et d'outils informatiques
  • Se présenter aux professionnels de santé installés à proximité
  • Economiser la moitié des recettes pendant les deux premières années d'exercice car attention au rattrapage des charges sociales la troisième année!
Nathalie Kis, orthophoniste
Nathalie Kis, orthophoniste

Nathalie Kis est orthophoniste à Montigny-le-Bretonneux.

Arrivée en Ile-de-France pour suivre son conjoint, elle a commencé par une année de collaboration à Plaisir. Après six mois, elle avait suffisamment confiance en sa capacité de travail et sa capacité à s'organiser pour envisager une installation à la rentrée suivante.

Elle a choisi de s'installer au plus près de son domicile, à 10 minutes de marche.
Elle n'était pas spécialement informée des projets, elle a cherché par ses propres moyens (internet, petites annonces en ligne) et a finalement eu la chance de trouver un local très bien situé, juste au-dessus de la gare.
Toutefois, la recherche d'un local à un prix abordable a été son plus gros souci. Elle a dû payer un an de loyer d'avance pour rassurer son propriétaire, mais elle aurait souhaité qu'un organisme puisse se porter garant pour elle.

L'exercice libéral s'est en quelque sorte imposé à elle : elle aime travailler en réseau (ce qu'elle fait d'ailleurs au sein d'équipes éducatives) mais souhaite rester indépendante. Elle apprécie en outre d'avoir une activité généraliste plutôt que de se spécialiser dans un domaine en exerçant au sein d'une structure.

Avec environ 60 consultations par semaine, elle travaille tous les jours jusqu'à 18h ainsi que le samedi matin.
La plupart de ses patients sont des enfants, dont les parents sont heureux d'obtenir une place en orthophonie, après parfois plus d'un an d'attente.
Elle travaille beaucoup en lien avec des médecins du secteur.

Ses conseils pour l'installation
:

  • Pour la recherche de local, miser sur les zones de bureaux, ce qui augmente les chances qu'un bailleur privé ait acheté un étage et l'ait redécoupé en petites surfaces. Attention : interdiction de s'installer dans un local commercial.
  • Se présenter aux collègues orthophonistes du secteur : ils/elles n'hésitent pas à rebasculer l'excédent des demandes.
  • Se renseigner pour savoir s'il existe une association d'orthophonistes dans le secteur.
  • Se présenter au CAMPS du secteur : ils sont très en demande de partenariats avec le secteur libéral pour éponger l'excédent des demandes de prise en charge.

Bilan de la participation

76 participants :

24 professionnels de santé, dont

  • 14 médecins :
    • 4 remplaçantes
    • 1 interne
    • 2 salariées
    • 7 installés
  • 1 chirurgien-dentiste
  • 3 infirmiers
  • 1 masseur-kinésithérapeute
  • 1 orthophoniste
  • 1 orthoptiste
  • 3 sages-femmes

22 représentants d’institutions de la santé

15 représentants de 13 villes
(+ 3 villes représentées en tribune)

13 intervenants

2 journalistes

Organisateurs

Cette Journée Découverte était organisée par les Unions régionales des professionnels de santé (URPS), l’Agence régionale de santé (ARS) et sa délégation territoriale, le Conseil général et l'Union des maires des Yvelines, en partenariat avec les Ordres professionnels, l’Assurance maladie, les universités et les centres de formation.

La matinée en images

Philippe Brillault, Conseiller général et maire du Chesnay
Bruno Silberman, Président de l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) médecins libéraux Ile-de-France
Albert Fernandez, Directeur de l'Autonomie (Conseil général 78)
Myriam Burdin, Responsable du pôle offre de soins et médico-social (DT ARS 78)
Serge Caséris et Philippe Dugard, Maire et Maire-adjoint du Mesnil-le-Roi
Laurence Sureau, élue municipale à Bonnelles
Alexis Zakharevitch, Directeur du développement social à Limay
Frédéric Prudhomme, Président du Conseil départemental de l'Ordre des médecins

A télécharger

Les Yvelines : un territoire dynamique où il fait bon vivre - Albert Fernandez, Directeur de l'Autonomie au Conseil général des Yvelines

Les Yvelines : territoire de santé - Myriam Burdin, DT ARS 78

Projet de MSP au Mesnil-le-Roi - Serge Caséris, Maire, Philippe Dugard, Maire-adjoint, et Gérard Rannou, médecin généraliste

La ville de Bonnelles recherche des médecins généralistes - Laurence Sureau, élue municipale

Livret des projets de santé dans les villes des Yvelines

Aides à l'installation

>> Portail d'accompagnement des professionnels de santé

>> Guide des aides à l'installation en Ile-de-France (ARS IDF - mars 2017)

Zones déficitaires 2015 : 

>> Zones bénéficiant d'aide à l'installation en Ile-de-France (PAPS IDF)

>> Annuaire des communes d'Ile-de-France bénéficiant d'aides à l'installation (ARS IDF)

 

 

Contact

Marion Gaucher
Unions régionales des professionnels de santé d'Ile-de-France
01 40 64 56 99 (direct)
01 40 64 14 77 (secrétariat)
marion.gaucher@urps-med-idf.org