Constituer un capital retraite complémentaire

On peut envisager l’épargne volontaire comme un moyen d’améliorer sa future retraite. On peut également considérer cette épargne volontaire lorsqu’on travaille et que l’on a des revenus suffisants, comme étant le moyen de préparer sa retraite pour partir plus tôt que prévu, c’est-à-dire à partir de 60 ans.

Aujourd’hui, on évalue généralement à 70 % le taux de remplacement nécessaire pour maintenir son niveau de vie. Dans les années à venir ce taux tournera autour de 40 à 45 %, quelle que soit la catégorie sociale, que l’on soit cadre moyen, supérieur ou profession libérale. Contrairement aux générations précédentes, on ne pourra pas se contenter des régimes obligatoires, qu’ils soient de base ou complémentaires pour avoir une retraite suffisante.

Il existe deux catégories de produits d’épargne : les outils d’épargne généraux (PEP, Assurances vie) et les outils d’épargne dédiés à la retraite (PERP, contrat Madelin).

Les outils d’épargne généraux

Le PEP

Intéressant lorsqu’on y souscrit déjà, les versements sont limités à 92 000 euros. Il possède deux avantages principaux. Le premier est l’exonération d’impôts sur les plus-values après 8 ans. Le second est, pour ceux qui opteraient pour une rente viagère dans le cadre d’une utilisation purement dédiée retraite, qu’il offre une rente nette d’impôt, contrairement à celles issues de contrats d’assurance vie, des contrats Madelin ou de PERP qui sont imposées.

L’assurance vie

Quand on cotise sur un contrat d’assurance vie pour la retraite, on n’a pas droit à des avantages fiscaux. En revanche, vous bénéficierez des avantages fiscaux propres à l’assurance vie, aussi bien en matière de transmission que de fiscalité sur les plus-values qui demeurent, mais il n’y aura pas d’allégement au moment où vous cotiserez sur un contrat d’assurance vie.

L’avantage de cette formule est sa souplesse car vous pouvez rompre votre contrat sous forme de capital ou sous forme de rente viagère voire les deux. Vous pouvez en sortir comme vous voulez et quand vous voulez, mais avec des avantages fiscaux moindres.

Les outils d’épargne dédiés à la retraite

Le PERP

Le PERP est un produit beaucoup plus récent, instauré par la réforme Fillon de 2003. Le PERP est soit un produit d’épargne soit un produit de capitalisation qui vous permet de bénéficier d’avantages fiscaux. L’avantage lors des cotisations est d’autant plus important que les tranches marginales d’imposition sont importantes. Celui qui ne paie pas ou peu d’impôts n’a aucun intérêt à y souscrire. La limite de déductibilité est 10 % du revenu d’activité de l’année précédente. Autre avantage de poids, il est sans engagement.

Vous aurez la possibilité, au moment de partir à la retraite, de faire le choix du niveau de réversion pour votre conjoint. Avec un régime comme le PERP, vous avez la possibilité d’opter pour la réversion à 100 %. Suivant les contrats, on peut vous proposer généralement 60 ou 100% ou pas de réversion, qui permet une meilleure rente, mais une fois que l’assuré décède, il n’est plus question de modifier le contrat.

Le contrat Madelin

Il ressemble fortement au PERP. En vigueur depuis 1994, la déduction des cotisations est la même que pour le PERP mais ne se limite pas à 10 % des revenus. Autrement dit, vous pourrez déduire davantage sur un contrat Madelin que sur un contrat PERP mais vous vous engagez sur une durée et sur une cotisation minimale (qui peut être faible).

[Mise à jour : 24 octobre 2017]