Allergologue

L’exercice libéral en allergologie

Par le Dr Jean-Eric Autegarden, médecin généraliste – allergologue en mode d’exercice exclusif à Courbevoie (92)

Environ 120 allergologues exercent en Île-de-France dont 30 % à Paris, les autres se répartissant de façon équivalente dans les différents départements (soit environ 15 allergologues / département). La profession est très féminisée : près de 70 % des allergologues sont des femmes.

La moyenne d’âge des allergologues est inconnue car ils sont considérés comme des MEP (médecin à exercice particulier) mais inclus dans l’effectif des médecins généralistes.

Patientèle

L’allergie est une pathologie qui touche toute la population quel que soit l’âge. Toutefois, les patients les plus concernés par des allergies ont entre 5 et 40 ans, un tiers des patients étant des enfants de moins de 16 ans.

Pathologies traitées

L’allergie se répartit en plusieurs « sous divisions » sachant que certains patients peuvent présenter plusieurs pathologies allergiques et que celles-ci sont souvent intriquées :

  • l’allergie respiratoire (asthme, rhinite, conjonctivite),
  • l’allergie alimentaire,
  • l’allergie cutanée (eczéma, dermatite atopique, urticaire),
  • l’allergie au venin d’hyménoptère et
  • l’allergie médicamenteuse. Cette dernière pathologie est peu traitée en ville car elle nécessite souvent un encadrement médical sécurisé. Elle est donc principalement prise en charge en milieu hospitalier.

Actes pratiqués

L’allergologie est une « spécialité » à pratique clinique où l’interrogatoire est un temps essentiel et dont le diagnostic étiologique des différentes pathologies allergologiques est apporté par des tests cutanés : Prick tests, IDR et patch tests en fonction des pathologies allergiques décrites par le patient.

L’allergologue pratique régulièrement des désensibilisations ou immunothérapies spécifiques qui sont le seul traitement curatif de certaines allergies respiratoires ou aux venins d’hyménoptères.

Les 5 actes les plus fréquents :

  • Test allergologique par piqûre épidermique avec des substances administrées à concentration fixe.
    Code FGRB003.
  • Test allergologique par piqûre épidermique avec des aliments natifs.
    Code FGRB004.
  • Test allergologique épicutané en chambre close (Patch Tests) par batterie standard et tests orientés.
    Code  FGRP005
  • Mesure de la capacité vitale lente et de l’expiration forcée, avec enregistrement (spirométrie standard).
    Code GLQPO12
  • Mesure de la capacité vitale lente et de l’expiration forcée, avec mesure des volumes pulmonaires mobilisables et non mobilisables par pléthysmographie.
    Code GLQPOO2

Organisation de l’activité

Il est difficile d’obtenir des statistiques précises sur le revenu moyen des allergologues car leur activité est comptabilisée dans celle des spécialistes de médecine générale. 40 % des allergologues exercent en secteur 1.

L’allergie pouvant toucher différents organes, l’allergologue libéral travaille fréquemment en collaboration avec de nombreux spécialistes : ORL, pneumologue, dermatologue, pédiatre, ophtalmologue afin de définir le caractère allergique ou non allergique de certaines pathologies.

Devenir allergologue

Pour devenir allergologue, il existe deux possibilités :

  • la capacité d’allergologie : les médecins titulaires d’un diplôme de médecine peuvent s’inscrire à cette formation. Elle se déroule sur deux ans, 120 heures de cours théoriques et stages cliniques à raison de trois demi-journées par semaine. Examen local en fin de 1ère année dans chaque université organisatrice de l’enseignement puis examen final national et soutenance d’un mémoire.
  • le DESC : tout interne peut s’inscrire au DESC d’allergologie et immunologie clinique. Celui-ci se déroule en deux ans : 1ère année, tronc commun, 2e année : 2 options soit Allergologie soit Immunopathologie et stage hospitalier validant (4 semestres).

Les élus de l’URPS médecins Ile-de-France dans cette spécialité

Dr Luc REFABERT, pédiatre allergologue à Paris (15e)

[Mise à jour : 8 septembre 2017]