7 – Établir un budget prévisionnel

Dans l’élaboration de votre budget, il convient de prévoir deux étapes : d’abord un budget d’installation en année 1, puis un budget de fonctionnement en année 2.

La courbe de croissance de vos revenus est généralement rapide. A priori, en deuxième année pour les spécialistes en médecine générale, vous atteindrez le niveau d’activité moyen de la profession. En revanche la courbe varie beaucoup en fonction du volume horaire que vous consacrez à votre activité libérale.

Pour simuler des scénarios d’activité et d’emprunt, rapprochez-vous de votre banquier et demandez à être mis en relation avec un conseiller spécialisé en profession libérale.

Attention : vos honoraires ne sont pas vos revenus. En partant de ceux-ci, comptez sur environ 50 % de revenus nets annuels.

Vous pouvez faire un business plan à partir de la moyenne des bénéfices et des charges des installés, disponibles sur le site de l’UNASA, par spécialités.

Un conseil : avoir deux comptes bancaires, un compte professionnel et un compte personnel sur lequel vous vous versez l’équivalent d’un salaire pour couvrir vos dépenses privées.

 

Amorce

Dans le cadre d’une création, il faut prévoir :

  • Le local : location ou achat en incluant les frais d’agence (le dépôt de garantie en cas de location), le délai d’acquisition…
  • Les aménagements du local : du bureau de consultation et de la salle d’attente (en particulier accessibilité handicapés), sécurité incendie, climatisation, etc.
  • Le mobilier et matériel médical, équipement informatique, téléphone, télécopie, etc.
  • L’installation du secrétariat sur site ou à distance, réservation d’un numéro de téléphone facile à retenir, passage d’une annonce dans la presse, annuaires de prise de RDV en ligne. Le recrutement éventuel d’une secrétaire.
  • Les frais juridiques et fiscaux relatifs à l’organisation des assemblées générales, de la vente des parts et actions des sociétés.  Les frais juridiques pour rédiger et déposer les statuts de votre SCM, SCI, etc.
  • L’achat du matériel médical spécifique (écho, etc.)
  • L’assurance professionnelle (souvent 50 % la première année). Certains spécialistes peuvent bénéficier d’une aide à la souscription d’une assurance en responsabilité civile professionnelle (RCP) versée par la CPAM.
  • La prévoyance : assurance invalidité, décès, etc. (entre 2 000 et 4 000 euros/an).

Total : Montant très variable selon l’équipement : entre 15 000 et 100 000 euros, à emprunter et à rembourser sur une durée courte (entre 5 et 8 ans), hors acquisition des murs.

 

Dans le cas d’une reprise-succession, il faut prévoir en plus :

  • Le rachat du droit de présentation de la patientèle, de moins en moins fréquent, est très variable selon la spécialité, l’environnement, les négociations, le contexte

Total : Montant très variable : entre 15 000 et 150 000 euros, à emprunter et à rembourser sur une durée courte (en moyenne 7 ans).

Dans le cas d’une association,  avec des confrères déjà en place, il faut prévoir :

  • Le rachat du droit d’entrée, présentation à la patientèle, très variable selon la spécialité, selon le secteur d’exercice (privilégiez absolument le secteur II), selon le partage ou non des honoraires (SCP, SEL).
  • Le rachat des parts et action de SCM, SEL, SCP, SCI.
  • Total : très variable, selon la spécialité, la région, le secteur d’exercice, le partage ou non d’honoraires, le chiffre d’affaire garantit, etc. En moyenne, on enregistre des sommes entre 20 000 et 150 000 euros.

Fonctionnement

En cabinet de ville

Secrétariat, salaires et charges sociales, téléphone, loyer, impôts (contribution économique territoriale – CET, etc.), assurance, eau, électricité, chauffage, climatisation, papeterie, petit matériel de bureau, etc. Pour l’Ile-de-France, il faut compter entre 1 000 et 3 500 euros de frais mensuels selon les conditions d’exercice recherchées.

 

En établissement privé

Si recours à une aide opératoire (salaires et charges sociales), reversement (entre 3 et 10 %) selon les services et les établissements, etc. Il faut compter entre 2 000 et 4 000 euros par mois.

 

Les charges personnelles

Frais de transport (voiture, essence), assurances, protection sociale obligatoire et facultative (charges sociales, S.S., décès, invalidité, retraites, etc.), cotisations professionnelles obligatoires et facultatives (Ordre des Médecins, CARMF, Union professionnelle, AGA, syndicats, etc.), CSG, CRDS, contribution économique territoriale – CET, etc. Il faut compter entre 4 000 et 6 000 euros par mois.

 

 

[Mise à jour : 25 septembre 2017]