Homéopathe

L’exercice libéral en homéopathie

Par le Dr Pierre Popowski, pédiatre et homéopathe à Montgeron (91), élu de l’URPS médecins Ile-de-France

Environ 230 médecins homéopathes sont installés en Ile-de-France, dont une majorité de spécialistes en médecine générale, mais aussi des spécialistes cliniques : pédiatres, gynécologues, dermatologues, psychiatres, etc.

La moyenne d’âge des médecins homéopathes libéraux est de 50 ans. Ils exercent plutôt seuls et en ville.

Patientèle et pathologies traitées

Les patients consultent un médecin homéopathe essentiellement pour des affections chroniques (troubles du comportement, allergies, otites, eczéma, asthme…) et dans une moindre mesure pour des pathologies aiguës (bronchiolites, grippe…).

50% des patients sont à la recherche d’actes préventifs y compris lors de la vaccination.

Actes pratiqués

La prescription du médecin est strictement homéopathique dans la moitié des cas, mais elle s’associe également à d’autres thérapeutiques. Ainsi, l’activité homéopathique représente au total plus de 85% de l’activité globale du pédiatre homéopathe.

Les homéopathes s’appuient régulièrement sur des conseils alimentaires et d’hygiène de vie dans respectivement 65,4% et 55,1% des cas et ¾ d’entre eux ont également recours à l’allopathie.

Organisation de l’activité

Les médecins homéopathes consultent généralement sur rendez-vous. Il réalise entre 1 500 et 4 500 actes par an, chacun d’une durée supérieure ou égale à 25 minutes.

Les médecins homéopathes sont déclarés comme médecins traitants par 70% de leurs patients et 30% de leur activité est dédiée à une fonction de médecin consultant. Ils sont donc fréquemment en contact avec d’autres professionnels de santé.
Par exemple, le pédiatre homéopathe exerce en collaboration avec les centres de référence des troubles de l’apprentissage, des centres médico-psychologiques, des psychologues, des orthophonistes, des psychomotriciens et des ophtalmologistes.

Devenir homéopathe

Les homéopathes sont titulaires d’un diplôme d’homéopathie universitaire ou privé, délivré au terme d’une formation répartie sur 3 ans au moins (de 180 à 360 heures). La discipline est reconnue par le Conseil national de l’Ordre des médecins depuis 1974, et elle est enseignée très largement dans les facultés de médecine au sein de D.U. et dans des écoles privées.

Le médecin homéopathe déclare cette orientation particulière à l’Ordre des Médecins.

Un sondage IFOP a montré que 75 % des Français ont confiance en l’efficacité des traitements homéopathiques.

Les médecins homéopathes élus de l’URPS médecins Ile-de-France

Dr Eric Chardin, médecin généraliste et homéopathe à Poissy (78)
Dr Daniel Scimeca, médecin généraliste et homéopathe à Maisons-Alfort (94)

[Mise à jour : 8 septembre 2017]